Disques de rupture. Mélangeurs statiques. Échangeurs thermiques. Séparateurs de gouttes.

FAQ – Disques de rupture

[+] Combien coûte un disque de rupture ?

Il n’existe qu’une seule réponse à ce sujet : demandez-nous précisément des disques de rupture adéquats pour votre application. Nous vous soumettrons alors rapidement une offre détaillée pertinente. Le prix des disques de rupture, et en particulier des disques de rupture métalliques, dépend fortement du matériau utilisé, du nombre de disques de rupture, de la tolérance de rupture et bien entendu du type de disque de rupture (plat, à tension, disque inverse flambé, résistant au vide, …). Qu’il s’agisse d’un projet concret ou seulement d’une planification de budget – seule une offre concrète vous permettra d’obtenir une réponse fiable.

[+] Température de service ou de rupture ?

La température de rupture n’est pas forcément identique à la température de service de l’installation concernée. Il peut notamment arriver que le point de montage du disque de rupture soit situé à une certaine distance du processus spécifique de l’installation et que, de ce fait, la température de service élevée soit différente de la température effective au niveau du disque de rupture. Ou bien la montée de la pression entraînant l’éclatement du disque est causée par une augmentation de la température à la suite d’une réaction chimique, par exemple, etc.

Pour concevoir un disque de rupture, il est donc très important de connaître la température effective au moment et à l’endroit de l’éclatement du disque de rupture, car celle-ci influence la pression de rupture du disque, et en particulier s’il s’agit d’un disque de rupture métallique. Lorsque la température est plus élevée que celle prise en compte pour la conception du disque de rupture, ce dernier éclatera à une pression plus faible et, dans le cas contraire (température plus basse), à une pression plus élevée.


[+] Comment est définie la pression d’utilisation maximale ?

La pression d’utilisation maximale est la pression à laquelle le disque de rupture monté atteint sa longévité maximale. Elle est calculée par la pression de rupture minimale multipliée par le coefficient d’exploitation. Si la pression d’utilisation maximale est souvent ou constamment dépassée, le disque de rupture subit un pré-endommagement indéfini, qui entraîne plus ou moins rapidement une rupture prématurée ou une rupture sous la pression de rupture minimale. Il est donc capital que la conception et que le choix du disque de rupture soient corrects.

[+] Coefficient d’exploitation – Comment est-il calculé ?

Indiqué en pourcentage, le coefficient d’exploitation se calcule par le rapport de la pression d’utilisation et de la pression de rupture minimale. Selon le type de disque de rupture utilisé, elle se situe en règle générale entre 50 % et 90 %. Voir aussi la norme DIN EN ISO 4126-6 à ce sujet.

[+] Section de décharge – Que signifie cette section et de quoi dépend-t-elle ?

La section de décharge (AQS) est la surface libre de débit (ou de décharge – par ex. dans un dispositif à disque de rupture) après éclatement. La section de décharge requise est calculée pour chaque cas d’exploitation en fonction du type de fluide, de la pression, de la température et de la densité. Il est important de connaître le genre de flux (gazeux, liquide, biphasique) et le débit massique à évacuer en kg/h, ce qui permet de définir la largeur nominale à utiliser.