Disques de rupture. Mélangeurs statiques. Échangeurs thermiques. Séparateurs de gouttes.

Vérification finale – “Est effectuée en fonction de la classification de l’équipement sous pression avant la livraison au client. Les équipements sous pression doivent être soumis à la vérification décrite ci-après.

a) Contrôle final
Les équipements sous pression doivent être soumis à un contrôle final par lequel on vérifie, au moyen d’une inspection visuelle et d’un contrôle des documents correspondants, si les exigences de la présente directive sont remplies. Dans ce cadre, les contrôles qui ont été effectués durant la fabrication, peuvent être pris en compte. Dans la mesure où cela est nécessaire pour des raisons de sécurité, le contrôle final doit être effectué à l’intérieur comme à l’extérieur sur toutes les pièces de l’appareil, éventuellement durant le processus de fabrication (si l’inspection n’est plus possible au moment du contrôle final, par exemple).

b) Essai de pression
La vérification des équipements sous pression doit comprendre un contrôle de résistance à la pression, qui se fait généralement sous la forme d’un essai de pression hydrostatique, la pression requise étant également clairement définie. Pour les appareils fabriqués en série de catégorie I, ce contrôle peut être effectué sur une base statistique. Si l’essai de pression hydrostatique n’est pas avantageux ni réalisable, d’autres contrôles qui se sont avérés efficaces, peuvent être effectués. Pour les contrôles autres que l’essai de pression hydrostatique, des mesures supplémentaires, comme les contrôles non destructifs ou d’autres méthodes équivalentes, doivent être appliquées.

c) Contrôle des dispositifs de sécurité
Dans le cas des modules, la vérification doit également comporter un contrôle des accessoires de sécurité, pour lesquels on vérifie que les exigences sont entièrement remplies.”

Viscosité – le terme viscosité tire son origine du jus typiquement visqueux des baies de la famille des guis (Viscum album), utilisé pour produire de la glu. La viscosité est une grandeur physique qui fournit des informations sur la viscosité d’un fluide. Sa valeur inverse est la fluidité ; elle mesure l’écoulement d’un fluide. Plus la viscosité est grande, plus le fluide est visqueux, ou moins fluide. On distingue entre la viscosité dynamique et cinématique. La viscosité dynamique ou absolue est mesurée en Pa.s ou mPa.s et est généralement déterminée à l’aide d’un viscosimètre rotatif. La viscosité dynamique de la plupart des liquides diminue avec l’augmentation de la température. La viscosité cinématique est spécifiée en m2/s. Elle sert à mesurer le frottement intérieur d’un liquide et décrit la résistance des fluides à la contrainte de cisaillement. Le terme viscosité de cisaillement est utilisé ici par opposition à la viscosité de volume causée, par exemple, par une pression uniforme sur les fluides. La viscosité cinématique peut être calculée en divisant la viscosité dynamique par la densité d’un liquide. STRIKO Verfahrenstechnik demande à ses clients des informations sur la viscosité, lorsqu’il s’agit de choisir le bon type de mélangeur pour une application spéciale dans le secteur des mélangeurs statistiques, p. ex. La conception et la fabrication d’un mélangeur statique est d’autant plus efficace que les paramètres des processus sont connus avec précision. La viscosité joue également un rôle dans le domaine de la conception spécifique à l’application des séparateurs de gouttes STRIKO. La densité et de la viscosité des fluides, entre autres, sont des facteurs importants pour une séparation efficace. La viscosité affecte indirectement la performance, en participant – en plus du processus de formation – de manière significative à la taille des gouttes.

Vitesse d’écoulement – “Vitesse d’écoulement : la vitesse d’écoulement, également appelée vitesse de courant ou de fluage, est une grandeur physique et définit la vitesse dans un écoulement, un mouvement directionnel de particules ou de corps continus (fluides).

Dans ce cadre, les vitesses d’écoulement des différentes particules et la vitesse d’écoulement moyenne sont différenciées sur un élément linéaire, surfacique, de volume ou encore un intervalle de temps. La vitesse d’écoulement est le changement de position d’un point unique le long de sa trajectoire. Les vitesses d’écoulement moyennes peuvent être déterminées, entre autres, au moyen de la section d’écoulement, du débit ou de la ligne de courant. Dans la littérature, la vitesse d’écoulement est indiquée de différentes manières. Elle est connue sous les appellations ω (petit oméga), ν et c.

En plus de la viscosité, la vitesse d’écoulement est un facteur qui a une grande influence sur la perte de pression et est, par conséquent, prise en compte dans les calculs pour les mélangeurs statiques, les séparateurs de gouttes et les échangeurs de chaleur.

Vitesse de cisaillement – Vitesse de cisaillement : la vitesse de cisaillement, autrefois appelée improprement (non conforme à la norme DIN) gradient de vitesse ou taux de cisaillement, est un terme issu de la cinématique. Il décrit la variation spatiale de la vitesse d’écoulement des liquides. Étant donné que des forces de frottement sont présentes dans des milieux fluides, différentes vitesses d’écoulement à différents endroits d’un fluide sont également synonyme de transmission d’effort. La vitesse de cisaillement est utilisée en rhéologie pour définir la viscosité. Elle est le coefficient de proportionnalité entre la contrainte de cisaillement et la vitesse de cisaillement. On tient compte dans ce cas de l’écoulement stratifié des fluide à écoulement laminaire. L’unité de mesure est : s-1. Ce paramètre joue également un rôle important dans le cas des valeurs de conception des mélangeurs statiques, étant donné que les propriétés de certains fluides peuvent changer lorsque la vitesse de cisaillement est élevée.